L’utilisation illégale de Briefcam en France, pour traiter la reconnaissance faciale

IA Éthique, IA France, IA Intelligence Artificielle, Numérique, Reconnaissance faciale, Société de surveillance

Un article important

Le site d’investigation Disclose explique ce que nous résumons ici

  1. L’idée clé : L’intention principale de l’article réside dans sa dénonciation de l’usage illégal et non réglementé du logiciel de reconnaissance faciale Briefcam par la police nationale française. L’auteur vise à sensibiliser le public sur les implications profondes de cette pratique en termes de droits individuels et de confidentialité. En exposant les détails de l’acquisition et de l’utilisation du logiciel, le texte met en lumière les écarts entre les pratiques de surveillance de l’État et les cadres légaux et éthiques. Le choix du thème de la reconnaissance faciale, combiné à un style d’écriture investigatif, reflète une intention claire de questionner les politiques de sécurité et les limites de la surveillance dans une société démocratique. L’article interpelle le lecteur sur les dangers de la surveillance généralisée et sur le rôle crucial des institutions comme la CNIL dans la protection des libertés civiles. En somme, l’intention du texte est d’ouvrir un débat public sur l’équilibre entre sécurité et respect des libertés individuelles dans l’ère numérique.

  2. Les éléments centraux : de l’article sont le logiciel Briefcam, la police nationale française, et les régulations en matière de reconnaissance faciale. Briefcam est présenté comme un outil puissant de surveillance capable d’analyser des images de vidéosurveillance pour identifier des individus, soulignant ainsi sa capacité à transformer la vidéosurveillance en intelligence active. La police nationale française, utilisatrice de ce logiciel, est au cœur de l’enquête, révélant son utilisation extensive et clandestine du système. La dimension géographique s’étend des départements français à l’échelle nationale, montrant la portée du déploiement de cette technologie. Par ailleurs, le rôle de la CNIL et les régulations légales constituent un contraste marquant avec les pratiques révélées, soulevant des questions sur la légalité et l’éthique de ces méthodes de surveillance. L’article insiste sur le déploiement non déclaré du logiciel et l’absence de conformité aux normes de protection des données, mettant en exergue le conflit entre la surveillance et les droits individuels.

  3. Dimension émotionnelle : L’article transmet un sentiment d’urgence et d’inquiétude face à l’utilisation secrète et potentiellement illégale de technologies de surveillance par l’État. Les émotions prédominantes incluent l’indignation et la méfiance à l’égard des pratiques de surveillance étatique, ainsi que la crainte pour les droits à la vie privée et la liberté individuelle. Le ton investigatif et les révélations sur l’usage de Briefcam créent une atmosphère de suspicion et d’alerte, incitant le lecteur à questionner la légitimité et les implications de telles pratiques de surveillance. La tension émotionnelle est renforcée par la description des capacités de reconnaissance faciale du logiciel et les implications pour la vie quotidienne des citoyens. En outre, les réactions de la CNIL et l’absence de réponse de la DGPN accentuent le sentiment d’urgence et la nécessité d’une surveillance institutionnelle plus stricte.

  4. Synthèse : L’article allie efficacement l’intentionnalité de dénonciation, les éléments factuels sur l’usage de Briefcam, et les réactions émotionnelles suscitées. Cette combinaison offre une vision complète des enjeux liés à l’utilisation de la reconnaissance faciale par la police française. L’analyse critique de l’utilisation non déclarée et potentiellement illégale du logiciel souligne un conflit fondamental entre les mesures de sécurité et le respect des droits individuels. L’émotion de méfiance envers les méthodes de surveillance de l’État, combinée aux aspects techniques et légaux exposés, renforce l’appel à une réflexion plus profonde sur la surveillance dans une société démocratique. La synthèse de ces éléments met en lumière les défis posés par les technologies de surveillance avancées et la nécessité d’un équilibre entre sécurité et libertés civ

Contact Reconnaissance Faciale

5 + 13 =

Précisions


 

le logiciel Briefcam n’est pas le seul à traiter la reconnaissance faciale. La reconnaissance faciale est une technologie en pleine expansion, et de nombreux autres logiciels et systèmes l’utilisent dans divers domaines allant de la sécurité à la gestion des clients, en passant par les applications mobiles et les médias sociaux.

Parmi les autres logiciels et systèmes notables de reconnaissance faciale, on peut citer :

  1. Clearview AI : Un logiciel largement utilisé par les forces de l’ordre dans plusieurs pays, qui extrait des images de visages à partir d’Internet pour les comparer aux photos dans sa base de données.

  2. Face++ : Développé par l’entreprise chinoise Megvii, ce logiciel est largement utilisé pour la surveillance, mais aussi dans les secteurs de la finance et du commerce en ligne.

  3. Amazon Rekognition : Ce service d’Amazon offre des capacités de reconnaissance faciale et est utilisé dans diverses applications, y compris par les forces de l’ordre.

  4. Microsoft Azure Face API : Faisant partie des services cloud de Microsoft Azure, cette API permet la détection, l’identification et l’analyse des visages.

  5. DeepFace : Développé par Facebook, DeepFace est utilisé pour identifier et taguer automatiquement les utilisateurs dans les photos.

  6. IBM Watson Visual Recognition : IBM propose également des outils de reconnaissance faciale, bien qu’ils aient annoncé qu’ils cesseraient de développer ou de vendre cette technologie pour des raisons éthiques.

  7. Google Cloud Vision API : Google offre également des services de reconnaissance faciale, bien qu’ils aient mis en place des restrictions sur son utilisation à des fins de surveillance par les forces de l’ordre.

Ces systèmes varient en termes de capacité, d’application et d’éthique, et leur utilisation soulève souvent des questions de vie privée, de consentement et de précision, notamment en ce qui concerne la reconnaissance des minorités ethniques et des différents groupes démographiques.

 
 
 

 Un décalage entre le cadre européen, plutôt en faveur de la régulation, et la France, championne de la surveillance

Un article de l’Obs du 14Juin 2023 explique ce décalage. Résumé :

La situation actuelle en France et dans l’Union Européenne (UE) concernant la reconnaissance faciale révèle un décalage significatif. Alors que le Sénat français a récemment voté une proposition de loi autorisant l’expérimentation de la reconnaissance faciale pendant trois ans, principalement dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, le Parlement européen a adopté un projet de régulation de l’intelligence artificielle (IA) qui prône l’interdiction de ces technologies dans les lieux publics.

La proposition de loi française, portée par Marc-Philippe Daubresse (LR) et Arnaud de Belenet (Alliance centriste), doit encore être examinée par l’Assemblée nationale. Cette loi contraste avec l’approche européenne, qui se caractérise par une volonté de réglementation stricte de l’intelligence artificielle, y compris la reconnaissance faciale. L’UE se base sur des principes éthiques et des valeurs européennes, limitant l’utilisation des nouvelles technologies dans des contextes sécuritaires.

Le contexte législatif européen est guidé par des textes protecteurs comme le Règlement général de Protection des Données (RGPD) et la directive Police-Justice. Le projet de l’UE, bien que d’abord économique, intègre des interdictions fondées sur les valeurs européennes, notamment l’interdiction de la reconnaissance faciale instantanée dans des contextes tels que les grands rassemblements.

L’utilisation de la reconnaissance faciale soulève des inquiétudes majeures en matière de libertés publiques et de droits individuels. Elle marque la fin de l’anonymat et de la vie privée, puisqu’elle permet de savoir où une personne se trouve à tout moment. Cette technologie peut cibler de manière discriminatoire des populations vulnérables et son efficacité n’a pas été prouvée de manière concluante, avec une augmentation des faux positifs dans les pays où elle est déjà utilisée.

La proposition de loi française, si elle était adoptée, créerait un précédent, en allant plus loin que l’utilisation actuelle de la reconnaissance faciale dans le fichier TAJ (Traitement des antécédents judiciaires). Elle ouvrirait la voie à une reconnaissance faciale instantanée, soulevant des questions sur le seuil de ce qui est acceptable en matière de technologies de surveillance.

Cette situation met en évidence un décalage entre l’approche européenne, favorisant la régulation, et la position française, qui semble plus encline à adopter des mesures de surveillance étendues. Même si la proposition de loi française n’aboutit pas, elle symbolise une tendance vers une acceptation accrue des technologies de surveillance en France, un pays déjà en pointe en matière de surveillance biotechnique en Europe.

Un article sur le site de France Inter

Quelques jours après l’attentat d’Arras, une proposition de Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne Rhône-Alpes, pour expérimenter la reconnaissance faciale près des lycées a suscité un débat. Son idée vise à identifier les personnes surveillées pour radicalisation terroriste aux abords des établissements scolaires. Cependant, Bastien Le Querrec, juriste à la Quadrature du Net, souligne que cette méthode, en plus d’être techniquement non fiable actuellement, présente des risques éthiques et démocratiques significatifs.

Le Querrec explique que la reconnaissance faciale, en tant que telle, est inefficace et illégale dans le contexte démocratique. Elle pose un problème majeur de vie privée et de liberté d’expression, car elle implique une identification systématique des individus dans l’espace public. Cette surveillance accrue de l’État conduit à une autocensure où les individus modifient leurs comportements pour rester dans la norme.

La proposition de Wauquiez, même si elle est limitée aux lycées, pose un risque de « glissement » vers une surveillance plus étendue dans l’espace public. Le juriste rappelle que la région PACA avait déjà tenté d’implémenter la reconnaissance faciale dans les lycées, mais cette initiative avait été jugée illégale par la justice. Le Querrec souligne que même si on limite la reconnaissance faciale aux individus fichés, il est nécessaire de scanner le visage de tout le monde pour identifier les personnes recherchées, ce qui équivaut à une surveillance généralisée de la population.

 

 
 
 

Contac par Mail contact@evalir.fr ou Tel : 07 70 40 87 31

Articles les plus consultés

Pin It on Pinterest

Share This